Multivitamines et grossesse : Une supplémentation systématique ? Une étude danoise fait le point.

Des chercheurs danois ont réalisé une revue systématique de la littérature médicale suivie d’une meta-analyse afin d’évaluer les effets chez les nouveau-nés d’une supplémentation vitaminique pendant la grossesse (naissances prématurées, petit poids de naissance, retard de croissance, mort fœtale et périnatale, malformations).

Partant du constat que les recommandations reposaient sur des études incluant des pays à faibles revenus, où les grossesses pouvaient être accompagnées de carences alimentaires, les auteurs ont sélectionné 35 études, incluant 98 926 femmes issues de pays à hauts revenus.

Le risque d’accouchement prématuré ne semble pas avoir été modifié par la prise de multivitamines. En revanche, les risques suivants ont été diminués : retards de croissance (risque relatif RR 0,77 intervalle de confiance [IC à 95%  0,63-0,93] ), anomalies de fermeture du tube neural (RR 0,67 [IC à 95%, 0,52-0,87]),  malformations cardio-vasculaires ( RR, 0,83 [IC à 95%, 0,70-0,98]), malformations de l’appareil urinaire (RR, 0.60 [IC à 95%, 0,46-0,78]), malformations des membres (RR, 0.68 [IC à 95%, 0,52-0,89]).

S’agissant d’études observationnelles, tous les niveaux de preuves sont faibles, voire très faibles, sauf pour ce qui a trait au risque de récurrence d’anomalie de fermeture du tube neural (AFTN) pour lequel le niveau de preuve a été considéré comme modéré. Aucune de ces études n’a toutefois distingué l’acide folique (protecteur des AFTN) et le fer des multivitamines.

Les auteurs estiment que si la supplémentation multivitaminique peut être proposée en routine, il faut rester prudent du fait du faible niveau de preuve de son intérêt.

E. Amar

REFERENCES : Wolf HT, Hegaard K, Huusom LD, Pinborg AB: Multivitamin use and adverse birth outcomes in high-income countries: a systematic review and meta-analysis. AJOG 2017; 217: 404.e1-30.